1914 [ cold memories ] 2018
 

264 photograhies dans un rayon de 20 kilomêtres autour d'Arras ( 4 albums 40 x 30 cm )

 
 
chaque photographie est dédiée à un soldat de l'Empire Britannique
 
 
 
 

« J'ai vu de jolis patelins que j'aurais voulu visiter avec toi. On ira après la guerre faire une gentille balade, si je reviens, mais enfin, j'espère bien en revenir de ce fameux brasier [...] De grandes batailles ont eu lieu là [...] Les villages n'existent plus. C'est fantastique »

 
 
Guillaume Apollinaire, Lettre à Lou, le 5 avril 1915
 
 
 
k
g
k

1914 [ cold memories ] 2018 / documents aux morts

« Il faut tenir la place du mort dans le jeu de l’écriture (...) La marque de l'écrivain n’est plus que la singularité de son absence »

Michel Foucault, in La disparition de l’auteur.

On ne peut pas tout dire ; on échoue à montrer ou à se souvenir, et il faut aussi oublier pour vivre. Les monuments existent pour ces raisons. Quant à la photographie, elle n’a rien à voir avec ce qui serait la vérité du paysage. Aussi réaliste et exhaustive soit-elle, elle reste malgré tout une allégorie - autant dire la figuration de ce qui résiste définitivement à sa figuration. L’essentiel des images que nous consommons sert à vendre quelque chose ou à partager l'insignifiance grandissante de la vie privée sur les réseaux sociaux. Ces images de consommation sont faites pour les vivants ; les autres s’adestinent aux survivants. Les documents photographiques de ces albums doivent être mis dans la perspective des archives de guerre. Elles n'intéresseront pas grand monde ; qu'importe, je les ai faites pour les morts.

Exposition MONUMENT
Musée de Calais - mars / novembre 2014
Sainsbury Centre of Visual Arts, Norwich - Juin / septembre 2014